La côte pacifique

Nous faisons étapes dans des villages en bord de mer et dans l’un d’entre eux nous assistons à l’arrivée d’un rallye de motos et quad. Pour un peu, on se serait cru à une étape du Dakar (en plus petit quand même)

La première grande ville que nous rencontrons est Antofagasta, rien d’extraordinaire mais de quoi faire du ravitaillement. En chemin, nous visitons un étrange musée à ciel ouvert qui nous propulse des années en arrière du temps où le train était roi. Impressionnant.

Le musée à ciel ouvert
Le musée à ciel ouvert
montagne fleuri
En continuant notre route vers le sud, nous avons la chance d’assister au désert fleuri. Quelques jours avant notre passage, des pluies ont fait sortir de terre des milliers de fleurs violettes. Apparemment, cela ne se passe que quelques jours par an et en voyant le nombre de personnes s’arrêtant pour photographier l’évènement, je veux bien le croire.
  • La Serena
Nous arrivons à La Serena et nous y resterons quelques jours. Nous sommes garés face à la mer, il fait beau et le malicon est parfait pour quelques courses à pied. La canne à pêche est déjà en train de toquer à la porte pour sortir. Le centre-ville est agréable, nous y passerons quelques heures.
Vicuna
 Bon, il est temps d’aller voir les étoiles en rentrant un peu plus dans les terres. Rappelons que dans cette partie du Chili, le ciel est un des plus purs au monde ce qui explique la présence de nombreux observatoires. Nous avons déjà eu l’occasion de nous en rendre compte mais la lumière de la lune gênait un peu par son éclat. Maintenant qu’elle est partie, profitons-en. Nous prenons la direction de Vicuña car un des observatoires est tenu par un astronome français et ses conférences sont, parait-il, très intéressantes. Malheureusement, nous apprendrons que l’astronome était en vacance et, comble de la malchance, le ciel est couvert pour les jours à venir. Ce sera pour une autre fois. Le lendemain, en regagnant la côte, le beau temps est réapparu pour nous narguer. On ne lui en veut pas.
Nous continuons notre descente vers le sud en bivouaquant çà et là en bord de mer. Autant vous dire que nous avons fait notre cure de poisson et fruits de mer. La sole pêchée par Thomas nous a fait 5 repas, miam !!
  • Valparaiso
Ça y est, nous voilà à Valparaiso, nous attendions beaucoup de cette ville et sommes un peu déçu car elle ne nous fait pas bonne impression. Les rues sont trop étroites et pentues pour notre CC et nous ne trouvons aucun parking gardé. Etant donné le nombre de mésaventures de voyageurs dans cette ville, nous décidons de ne pas tenter le diable à quelques semaines de finir le voyage. Alors que nous cherchions un endroit où aller, Charlie me crie : « là papa, y’a un paramoteur !!! » C’est comme ça que nous ferons la connaissance de Gonzalvo avec Thomas fera des vols sympas pendant 2 jours. Charlie et Sandra ont eux aussi eu droit à un petit vol en chariot au-dessus de la mer. Trop bien. Merci Gonzalvo
Yes!!!!
Avec Gonzalvo
Vu d'en haut
Vu d'en haut
Une ile déserte vue d'en haut
On fait la course? Allez, le premier en ville a gagné!
Voilà, le temps passe décidemment très vite et il va déjà falloir penser à quitter le Chili pour repasser en Argentine, nous souhaiterions attraper le cargo de la mi-octobre, nous avons donc tout juste un mois pour traverser l’Argentine afin d’aller voir les baleines à Valdes, les Gauchos dans la Pampa et aussi un peu la fameuse Buenos Aires. Ce n’est pas tant que le programme soit chargé, c’est plutôt que l’Argentine est un pays très vaste.
Mais avant de partir, le Chili nous réservait une dernière surprise, intéressante pour l’expérience mais beaucoup moins pour les chiliens. En effet, nous étions dans la montagne à 30 km de la frontière argentine quand nous avons senti le sol trembler sous nos pieds. Nous avons d’abord cru à une blague des autostoppeurs que nous avions avec nous et qui étaient dehors en train de fumer pour nous apercevoir que non, ça bougeait et même bien. Heureusement, rien dans notre entourage ne pouvait nous tomber dessus. Les répliques ont été très nombreuses dans la nuit et ce n’est que le lendemain soir que nous avons compris l’ampleur du séisme en voyant tous les messages d’inquiétude dans notre boite mail. Quand on pense que deux jours avant nous étions au bord de la mère pas loin du point le plus touché… Nous nous souviendrons de notre sortie du Chili. Notre dernière soirée s’est donc passée comme dit plus haut, avec deux autostoppeurs qui attendaient comme nous que la route rouvre le lendemain pour traverser la montagne et regagner l’Argentine. Le col avait été fermé vers 15h pour cause de neige. Il aura fallu attendre le lendemain pour repartir. Chili au revoir.
Dernière Petite soirée au Chili avec Carolina et Laurent

Photos en vrac:

Bon, je vais chercher ma luge!

Petit cours de guitare
Un village de pêcheurs

Devant le poste frontière
Encore une amie de Charlie
Vicuna
Une meduse portuguaise
Un monument mortuère sur le bord de la route
Un petit kif!
Et voici pépère!!!
Mais si je suis contente ;o)
Ce soir, c'est mon tour!