Cochabamba et Torotoro

  • la route Torotoro
  • la route Torotoro
  • la route Torotoro
  • la route Torotoro
  • la route Torotoro
  • la route Torotoro

Nous prenons la direction de Cochabamba, ville indispensable pour faire le parc de Torotoro.. De Cochabamba nous retiendrons essentiellement le marchand de glaces devant lequel nous étions garé qui, grâce à sa connexion internet de bonne qualité, nous a permis de mettre le site à jour et surtout de poster le diaporama de nos un an. Le lendemain, direction Torotoro. Les prix étant exorbitants pour une excursion toutes incluse (300 euros pour deux jours et une nuit) nous décidons d’y aller nous-même en camping-car. Nous savons la route longue et difficile, 100 km de route pavée,  mais le paysage en vaut la peine et puis nous avons le temps.


  • place du village Torotoro
  • place du village Torotoro

En arrivant nous découvrons un village très tranquille. Nous sommes seuls sur la place, bien décorée d’ailleurs à l’effigie des dinosaures et pas l’ombre d’un touriste dans le village. Le tour du village est vite fait et nous  regagnons le camping-car pour nous délasser de cette journée fatigante. Ce n’est qu’a la nuit tombée, vers 19h, que des cars nous encerclent déversant des flots de touristes que nous reverons le lendemain matin. Etant hors circuit organisé, nous ne savons trop que faire mais les files d’attente naissantes  nous indiquent la voix. C’est bien simple 1) tu achètes les billets et 2) tu trouves un guide qui est obligatoire. Nous ferons la balade à 5 (frais partagés du guide) et descendrons au fond du canyon avec Théo notre guide et deux israéliens fraichement dégagé de leurs obligations militaires. La balade fut sympa, les traces de dinosaures pas aussi nombreuses que ce que l’on espérait mais la bonne surprise fut l’invitation de notre guide à venir passer la soirée chez lui entourés de sa femme et ses 4 enfants. Nous voilà en chemin pour sa maison mais là, problème la route n’est plus praticable pour notre CC. Qu’à cela ne tienne, nous reviendrons de chez lui avec pioche et baramine pour aplanir tout ça. Non mais...

Traces de dinosaures
Traces de dinosaures
Le canyon de Torotoro
Le canyon de Torotoro
Le canyon de Torotoro
Mirador du canyon
Traces de dinosaures
650 marches pour descendre dans le canyon
Traces de dinosaures
Le fond du canyon
Traces de dinosaures
Photo souvenir avec compagnons de rando

Ça fini par passer et nous voilà garé sur son terrain entouré de cochons, poules, moutons vaches et enfants. Nous découvrons Victoria et sa belle-sœur occupées à fabriquer un « aguayo »avec un métier fait de bout de bois et de pierre bien rudimentaire. Les enfants font vite connaissance et emmènent Charlie à la découverte de leur monde. A défaut d’avoir beaucoup de jouets ils ont des animaux à embêter (pauvres chats, poules et cochons). Ça y est nous avons mis le pied dans une famille bolivienne bien rurale. Leur hospitalité est débordante. Pour le 4heures nous aurons le droit à un bol de « mote » (maïs) et de viande séchée en attendant le diner. En fin de journée, Théo nous emmènera au cimetière des tortues, une petite balade de 7 km histoire de se mettre en appétit pour le copieux diner qui nous attend. Nous en avions pleins les pattes après cette belle journée de marche entourés de beaux paysages, la faim arrivait. N’oublions pas l’apéro quand même, par chance il nous restait une bouteille de vin rouge que nous avons eu grand plaisir à partager avec nos hôtes. Tout s’est déroulé dehors au coin du "feu cuisinière". Le four était fait de terre, comme les maisons, et permet de poser deux faitouts pour une cuisson toute en douceur. Après ce bon repas, qui était fait à partir de tout ce qu’ils produisent (car ils n’achètent quasiment rien à l’extérieur, hormis les feuilles de coca) ils nous emmenèrnent voir et surtout fermer pour la nuit toutes leurs bêtes. Bon, il est déjà 20h30, tout le monde va regagner ses pénates car pour eux la journée recommence à 6h pile ! ça tombe bien, nous sommes crevés ! 

cimetière des tortues
cimetière des tortues
cimetière des tortues
Charlie et ses amis
cimetière des tortues
Apéro au coin du feu avec Théo et sa femme

Le lendemain, une soupe nous attendait pour le petit-déjeuner, nous là déclinerons gentiment en leurs offrant un mate de coca pour les grands et un chocolat pour les enfants. Nous profiterons de nous délester des chaussures et vêtements trop petits de Charlie, au grand bonheur de son copain Ephraïm. Charlie offrira aussi une grosse peluche, ballon… à la petite dernière qui ne cessera pas de nommer Sandra « tia » ( tata !). Quant à Théo, nous lui  laisserons notre gros paquet de feuilles de coca. Charlie repartira avec une  belle expérience humaine tout comme nous. Il repartira aussi avec des bracelets fait sur sur place en file de laine. Nous pensons que nous nous sommes fait plaisir les uns les autres. Nous dirons donc au revoir à cette sympatique famille qui nous a fait découvrir une tranche de leur vie à mille lieux de nos standards. Pour la petite histoire, nous voulions leurs envoyer la photo de groupe prise avant le départ. Bon, sans surprise ils n’ont pas d’internet ni d'ordinateur mais ne peuvent pas non plus recevoir de courrier, ni même d’ailleurs le bureau de guide au centre du village car la poste n’arrive pas jusqu’ici !
Nous sommes venu pour le parc de Torotoro et ses paysages et repartons avec dans nos cœurs cette famille bolivienne bien chaleureuse. Amis voyageurs si vous venez par ici n’hésitez pas à demander Théo comme guide.

  • Théo et sa famille
Théo et toute sa petite famille