San Francisco

Une arrivée en beauté.

Le nom de cette ville évoque beaucoup de choses que l'on parle de film, de musique ou bien de cette légendaire Alcatraz. Il nous paraissait donc impensable de passer à côté sans s'y arrêter, ne serait-ce que pour admirer la baie depuis le Golden Gate Bridge. Tiens, parlons-en de ce pont car s'il est très pratique pour les locaux, c'est un vrai piège pour les touristes. Avant de prendre la route de SF, nous avions fait une halte au Mc Do pour se faire une petite liste des choses à faire en ville puis l'idée m'est venue de chercher le prix du pont. En fait, sur place,  il n'y a aucune caisse, toutes le files se font à la manière des télépéages français, c'est à dire sans arrêt. Pour payer le pont (6$), il faut soit le prépayer sur internet (uniquement les plaques américaines), soit s'abonner (aucun intérêt pour nous) soit attendre la facture à son domicile ou enfin payer en se rendant dans les bureaux du centre-ville. Les trois premières solutions ne sont pas pour nous, il nous reste donc le paiement dans le bureau. Nous nous y sommes rendus après un long cheminement de bus et sommes arrivés à 17h32. Les bureaux ferment à 17h30. Nous n'y retournerons jamais. Nous verrons bien ce qu'il adviendra...
Revenons à des choses moins terre à terre. La vue de la baie depuis le pont est magnifique, le soleil brille et les pulls sont rangés. Direction la marina puisque le stationnement y est gratuit jusqu'à 22h et que les camping-cars y sont tolérés la nuit. Et il faut dire que pour un stationnement "parking" nous n'avons pas à nous plaindre, d'un côté il y a le Golden Gate Bridge et de l'autre l'Ile d'Alcatraz. Entre les deux une petite régate de voiliers. Sympa!! Maintenant allons découvrir la ville.

Le mélange des cultures

Même si les grandes villes ne sont pas notre tasse de thé, San Francisco nous a laissé une bonne impression même si certaines choses nous ont fait friser les moustaches. Pendant ces trois jours, nous avons navigué en bus, le réseau est dense et très pratique lorsque l'on a découvert toutes les subtilités. En revanche les chauffeurs doivent incontestablement être choisis sur leur mauvais caractère. Ils sont tous plus mal aimables les uns que les autres, incroyable. Heureusement qu'en France ce ne sont pas les mêmes car il y aurait des passages à tabac 5 fois par jours (et donc des grèves tous les jours aussi). Ici personne ne bronche, ça doit être dans les mœurs de se faire aboyer dessus par les chauffeurs. 
De retour de notre première virée, nous avons eu le plaisir d'apercevoir depuis le bus le CC de Michaël et sa famille qui s'étaient garés eux aussi sur la marina. Tout le monde était ravi et Charlie n'en a pas cru ses yeux en voyant Rhino. Encore une occasion de passer quelques bons moments. Le groupe de globe trotteurs s'est agrandi puisque nous avons rencontré Gaëtan, Myriam, Hugo et Luca (que nous reverrons sûrement) ainsi que les Milav'en tour de Montpellier. 
Notre visite de San Francisco s'est faite de quartiers en quartiers en bus et en trottinettes et il faut bien avouer qu'il y en a pour tous les goûts. Il y des quartiers de (presque) toutes les origines, des parcs magnifiques, des quais originaux et insolites et des rues à couper le souffle au sens propre comme au sens figuré. Même le camping-car y est passé, il arrive à monter les pentes à 30°, nous avions quand même tous les fesses sérrées!
Nous avons même eu droit à une soirée en amoureux au restaurant puisque Charlie est allé au lit sous la surveillance de Claire et Michaël, merci à eux. Nous sommes arrivés juste à temps pour nous faire gentillement virer de la marina par un Ranger.

C'est donc content que nous sommes arrivés et content que nous repartons pour les derniers parcs américains: Séquoia et la Death Valley. Nous espérons nous y réchauffer car San Francisco est venteux et assez froid contrairement à ce que nous pensions en arrivant.