Puntarenas

Direction le parc Ballena!

Nous quittons San José (enfin) en pensant que le soir même nous serions au bord de la plage. Le Costa Rica n'échappe pas à la règle: même si les distances sont courtes, le voyage peut être long. Le GPS passe son temps à mentir sur les heures d'arrivée. On ne peut pas lui en vouloir de ne pas avoir prévu que la route était fermée car partiellement effondrée. La déviation se fit donc en convoi à travers la montagne pendant deux bonnes heures. Nous parlons là d'une déviation d'à peine 10 Km. La route était encore longue mais nous savions déjà qu'une halte en cour de route serait obligatoire d'autant que la pluie commence et que la cadence ralentie de plus belle... Nous marquerons donc un arrêt à San Isidro Del General.
Le lendemain, nous arrivons au parc Ballena mais le garde nous précise que la météo capricieuse ne permettrait pas de voir des baleines. Nous décidons d'attendre le lendemain et patientons à Playa Ventanas. La plage n'est qu'à quelques kilomètres et présente l'avantage d'être gratuite et très sympa. L'eau y est chaude, presque trop et les vague puissante, parfaites pour le boogie.  Nous y passerons la nuit en compagnie de locaux venus passer le week-end mais la fête fut de courte durée, la pluie façon Tahiti Douche est arrivée en fin de journée. Heureusement que nous venions de remplacer la fenêtre manquante de la salle de bain.

           Une des 2 Ventanas de cette plage du même nom.

Pas de baleine

Nous reprenons la route du nord à regret, le temps ne nous permet ni de d'aller voir les baleines, ni d'aller à Corcovado. Dommage!
C'est bien la première fois qu'on se dit qu'on va aller se sécher et se réchauffer dans le nord... Effectivement la pluie nous abandonne en cours de route et le soleil fait son grand retour. De quoi passer quelques bons moments sur les plages Hermosa et Tarcoles où notamment nous rencontrerons des pêcheurs bien sympathiques.

Au passage, nous ferons un coucou aux biens célèbres mais non moins sauvages crocodiles de Tarcoles. Qui veut aller se baigner dans le rio? Nous passons notre tour. Nous savons les caïmans peureux, pour les crocos en surnombres, c'est une autre histoire.