Les parcs nationaux. Vol 4

Sequoia National Park

Nous avons un peu hésité pour ce parc sur le thème des arbres car Redwood National Park n'était pas loin derrière et on se disait que lorsque l'on avait vu un arbre géant, on les avait tous vu. De plus, à Redwood, les arbres se plaisent d'un climat doux et humide et nous beaucoup moins. Mais ce parc nous a réservé d'autres surprises.
Avant de voir des arbres, il nous a fallu grimper une montagne, puis la redescendre, c'était sympa, quoique certains ont eu mal au coeur. Le camping était sympa et le temps nous a permis de manger dehors: encore un bon point!
La vraie bonne surprise est arrivée le lendemain alors que nous nous rendions sur le site de General Sherman. Il s'agit de l'arbre le plus gros du monde, voilà pourquoi il a droit au titre de général. Il est âgé d'environ 2500 ans et a un diamètre de 11 mètres et des poussières. On se sent tout petit à côté. Mais avant de s'en rendre compte, nous avons croisé des touristes nous disant qu'il y avait un ours dans la forêt. Non!! c'est pas possible. Vite cherchons-le!! Nous n'avons pas eu à chercher bien loin, une bonne quinzaine de touristes étaient déjà là à mitrailler la star du jour. Enfin, elle n'en avait surtout rien affaire et était occupée à dépiauter une pomme de pain. Nous avons donc nous aussi participé à ce safari photo en savourant ce moment car Sequoia était le dernier parc où nous pouvions voir des ours. Ça y, nous pourrons quitter les USA avec le coeur léger. Après cet évènement majeur, nous avons repris notre discussion avec deux jeunes petits français sympathiques qui étaient ravis eux aussi de voir cet ours en pleine nature.
L'après-midi de cette journée qui avait magnifiquement commencé s'est poursuivie par une petite randonnée en forêt qui débouchait sur "l'escalade" d'un bloc de granite. Avant même d'y arrivé nous avons eu le plaisir de voir deux oursons qui traversaient la route en courant. Nous les avons suivis en forêt mais ils ont été plus rapides que nous et nous n'avions pas envie de croiser la maman. Donc en route pour cette balade!! Et comme c'était apparemment le jour, nous avons une fois de plus rencontré une mère et ses petits mais cette fois ils n'étaient rien qu'à nous. Pas une personne sur ce magnifique chemin de randonnée ensoleillé, ni à l'aller ni au retour. Que du bonheur et ce n'était pas encore terminé puisqu'en faisant demi-tour pour les laisser tranquille (et surtout se tenir à bonne distance) nous nous sommes encore retrouvé face à un tout jeune ours qui nous regardait. Bref, presque encerclé. Charlie et Sandra n'étaient pas très fiers mais ils ont gardé leur sang-froid. La balade s'est terminée sans d'autres rencontres mais croyez-nous, le radar à ours était au taquet!!
Vous l'aurez compris, ce passage à Sequoia nous a comblé, plus par les ours que par les arbres mais peu importe, nous en avons encore le sourire aux lèvres.

Death Valley

Allons-nous en ressortir vivant? Nous ne nous sommes pas vraiment posés la question par contre le moteur du CC va-t-il supporter? Réponse: Tranquille!!! Bon, ça monte et ça descend donc toujours piano-piano mais c'est ce qui permet de profiter du paysage et de voir... des coyotes. Nous sommes restés un bon quart d'heure à les observer, et eux aussi.
Bon, c'est vrai dans la Death valley il fait chaud, très chaud, même (et encore nous n'y étions pas à la période critique) mais les paysages et l'ambiance méritent le sacrifice. C'est vraiment uns de nos parcs préférés même si nous n'y sommes pas restés très longtemps. Nous sommes fiers de nos photos mais elles sont bien loin de d'exprimer ce que nous avons vécu.
Pour le bivouac, pas terrible mais il avait l'avantage d'avoir une piscine pour se rafraichir. C'est un grand mot car elle avait la température d'un jacuzzi (sans exagérer). Petite pause détente que nous avons quand même bien apprécié.
Après les ours de Sequoia et les coyotes de Death Valley, nous avons entre-aperçu notre Gégé national en plein tournage (Depardieu) à 200 m du camping. Nous verrons surement le film un jour.
Enfin, dans la serie bestioles, nous nous fait attaqués par des guêpes folles au robinet où Charlie avait commencé sa vaisselle. Mais heureusement c'est maman qui s'est fait piquer les fesses à sa place. Je vous passe les photos (et les commentaires)
Comble de la rareté, nous sommes sortis de la Death Valley sous des orages et de la pluie, c'est bien qu'il était temps de partir, encore une fois le sourire aux lèvres. Notre bivouac en sortant du parc s'est fait en plein milieu du désert de Mojave: un régal. Calme et ciel étoilé garanti!!