La Paz et La route de la mort

La Paz

La Paz

La  plus haute capitale du monde entre 3200 m et 4000 m d’altitude. A cette hauteur, pas étonnant  d’y retrouver un téléphérique comme mode de transport, mais pas n’importe lequel, le plus grand téléphérique urbain du monde ! Quel plaisir de flotter en silence  au-dessus des maisons et surtout des embouteillages. Pour cette grande ville, une fois de plus nous décidons pour les premiers bivouacs d’aller au camping. Cela nous laisse le temps de découvrir la ville à pied et nous permettra aussi de faire des rencontres  sympathiques. La ville est grande mais agréable. Les transports sont très simples et extrêmement bons marchés.  Sandra doit faire sa prise de sang mais elle est un peu malade, plutôt que d’attendre à La Paz nous partons avec Olaf et Simone pour Coroico via la route de la mort. 


marché aux sorcières foetus de lama
Marché aux sorcières: foetus de lama
marché aux sorcières momies de lama
Marché aux sorcières: momies de lama
Place San Francisco
Place San-Francisco
Du bon pain!
dégustation de boisson à la pêche
Dégustation de boisson à base de pêche
Le tétéphèrique de La Paz
Le téléphérique de La Paz

La route de la mort

La route de la mort


Elle ne porte plus aussi bien son nom depuis qu’un itinéraire bis en asphalte a vu le jour. Mais on peut facilement imaginer la dangerosité du site avec des bus, des camions et des motos. Pour notre part nous y verrons plus de beaux paysages que de danger. Néanmoins, elle n’en reste pas moins originale avec sa conduite à gauche. Nous y ferons un bivouac en pleine nature ça fait du bien après La Paz.


sur la route de la mort
Sur la route de la mort...
Le tétéphèrique de La Paz
Bivouac avec Simone et Olaf
Qui c'est qui a le plus gros? Euh...pas nous!
Le tétéphèrique de La Paz
         ... toujours en vie...
Le tétéphèrique de La Paz
        ...même pas peur!!
Coroico

Le lendemain, nous poursuivons vers Coroico et nous nous ferons doubler par beaucoup de VTT qui faisaient la descente. En entrant à Coroico nous voyons un panneau qui nous accueille avec «  welcome to paradis ! » traduction pour les campings cariste "bien venus en enfer !" Le village est bondé de collectivo et de  taxis, les rues toutes plus petites les unes  que les autres, il n’y a donc pas de place pour nos gros engins. Nous finirons par en trouver un en  sortant de la ville et en nous plaçant derrière un camion garé au milieu de la route. Le temps d’un repas et à l’unanimité nous décidons de repartir en sens inverse de la route de la mort pour revenir sur notre bivouac chéri en aillant fait le plein cette fois de saucisses et patates … une bonne grillade party en perspective!!


Le lendemain, nous quittons nos amis pour un retour à La Paz cette fois nous trouvons refuge devant un hôtel dans un cartier huppé ça suffira bien pour deux nuits, en plus il y a du wi-fi. Nous quitterons La Paz les corvées terminées à l’exception de notre colis qui n’est toujours pas là ! (mais qui est en Bolivie depuis plus d’une semaine !) L’Alliance française doit nous l’envoyer à Sucre, pourvu que ça marche !