Bresil

La frontière. Très rapide, même pas le temps de réviser notre portugais ! Nous passons aussi rapidement avec notre camion que si nous passions à pied. Ils ont à peine regardé le Camping-car. D’ailleurs nous n’avons rien eu à faire pour l’entrée du véhicule. 

Quelle rupture ! Nous avions déjà un premier aperçu du côté de la Bolivie proche de la frontière Brésilienne mais là c’est brutal ! Adieu les chemins de terres et de poussières, bonjour l’asphalte, les panneaux d’indication, les poubelles, les gens propres et en tenues traditionnelles brésiliennes : t-shirts, shorts (mini pour les filles) et tongs. Par contre nous avons perdus nos petits marchés (grand désespoir de Sandra) où nous avions de vraies tomates, de vraies courgettes…et pas chères, pour retrouver des supermarchés avec des rayons presque vides au rayon frais, des produits dans un sale état et des rayons conserves qui eux, débordent avec des prix qui sont à couper l’appétit. Bienvenue au Brésil ! Heureusement le soleil et la chaleur nous laisse de bonne humeur. Nous ne sommes là que pour quelques jours, le temps de voir le Pantanal et les chutes d’Iguaçu.

Le Pantanal

le Pantanal au couché du soleil

Un grand merci à Yolanda et Carlos de nous avoir confortés dans notre choix, de passer par le Brésil dans cette région bien particulière. En effet, le Pantanal est un endroit unique au même titre que la forêt amazonienne. C’est une zone de marécages et d’étangs à la saison des pluies où viennent se reproduire les poissons. A la saison sèche, seuls quelques points d’eau subsistent, facilitant les déplacements pour aller voir tout ce beau monde  animal.
Dans cette réserve naturelle que beaucoup considère comme la plus belle du Brésil, les animaux se voient presque aussi facilement que dans un zoo. En effet, à l’inverse des forêts où les cachettes ne manquent pas, ici, les grandes étendues à perte de vue découvrent beaucoup de ses habitants : des oiseaux par milliers (Toucans, aras, tuiuiu, hérons, ibis,…) des capibaras, des fourmiliers géants, des caïmans par milliers, des piranhas et des tas d’autres poissons. Un vrai bonheur pour les yeux. Il y a une tel abondance d’animaux que nous les voyons aussi depuis la route et dans les villes (toucans capibaras et des tas d’oiseaux)

toucan
Un joli toucan en plein centre ville
Tuiuiu
Un Tuiuiu...
héron
Un héron qui passe à table!
crocodile
Attention au croco!!
capibara
Le capibara et sa petite famille
biche
Biche, ho ma biche ....
tamanoir
Et voici notre tamanoir tant attendu! 
biche
Et ici, un aras curieux et gourmand!
biche
un aigle en attente de manger sa proie
  • safari dans le Pantanal

Nous avons décidé de faire nos balades dans le Panatanal du sud car c’était celui qui était le plus proche de la frontière et sur notre chemin pour les chutes d’Iguaçu. Le paysage nous offre de grandes plaines à perte de vue et de nombreux points d’eau. Allez, on enfile notre tenue de safari pour aller espionner ce monde sauvage. Nous décidons de prendre une excursion qui est une visite de ferme. Ici les fermes sont gigantesques, celle que nous avons faite fait 15 000 hectares et est donc naturellement le refuge de pleins d’animaux.
Notre petite journée s’est passée moitié sur terre et  moitié sur le rio avec pour le midi une bonne parilla (viandes marinées et grillées), une petite pause au bord de la piscine pour Charlie et pour nous, nous n’avons pas pu résister à l’appel des hamacs.

Bonito

Nous poursuivons vers Bonito et arrivons pile pendant un festival. Tout est animé et nous profiterons des spectacles en plein air.
Dans les environs, il y a plein de petits rios aux eaux cristallines, nous irons donc faire une petite trempette en rivière. Rapide par contre car l’eau y est froide. Les poissons petits et gros sont autour de nous. Le temps d’une belle promenade à cheval en pleine nature et nous prenons la direction des chutes d’Iguaçu. Quant à choisir s’il fallait les voir du côté brésilien ou argentin, nous avons opté pour les deux pour ne pas avoir de regret.

Petite pause au bord de la piscine
Maintenant un plouf dans un endroit un peut plus nature
Bon, cette photo est là pour un souvenir d'une sacrée soirée, n'est-ce pas Charlie?
Charlie et notre amie Chiquina, le sanglier!
N'oublions pas la grotte Lago Azul

Les chutes d'Iguaçu

  • Chutes d'Iguaçu

Pour être au rendez-vous le plus tôt possible, nous décidons de bivouaquer devant l’entrée, le coin est très calme, qu’en sera-t-il le lendemain ? Nous voulions éviter le week-end mais bon, nous sommes là alors espérons que dia del Papa du lendemain nous épargnera le bain de foule. Prière exaucée, nous sommes presque les premiers dans la file d’attente et le soleil est au rendez-vous. Allons voir ces chutes.
Du côté brésilien, nous sommes censés voir plus de chutes car les plus impressionnantes sont en Argentine, et donc nous sommes en face. La découverte des chutes se fait par un unique chemin assez court qui débouche sur une plateforme à ras de l’eau et un mirador. La progression est rapide mais tous les 50m sont un nouvel angle de vue. La plateforme permet de se rafraichir et le mirador de voir ce qui nous attendra du côté argentin.
Nos impressions : Ouahh !!! Quelle merveille !! Il y a des chutes de partout, toutes plus grandes les unes que les autres. Ça gronde, ça souffle, ça émotionne. Le rio Iguaçu est tellement large en amont qu’on dirait un lac. Et un lac qui tombe comme un verre renversé au bord de la table, c’est grandiose.
Nous sommes désormais impatients d’aller voir le point de vu argentin, mais d’abord passer la frontière et trouver de quoi faire du change avantageux.

Bilan du Brésil

Depuis l’Amérique centrale, le Brésil c’est un coup on y va, un coup on y va pas. La décision d’y aller s’est confirmée en Bolivie alors que nous étions à quelques jours de rentrer en Argentine. Donc demi-tour et en route pour le Brésil. Nous n’avons fait que quelques pas dans ce pays gigantesque mais à aucun moment nous ne l’avons regretté. Nous y avons retrouvé de la chaleur, des animaux à gogo dans cette région magnifique qu’est le Pantanal et enfin ces magnifiques chutes pour nous dire au revoir. Pour un peu, j’allais oublié les Brésiliens qui parlent un drôle d’espagnol d’ailleurs (ah, c’est pas de l’espagnol…) et qui vous font vous sentir si bien chez eux. Bon, vous aurez compris notre impression : Allez au Brésil !!! Nous, on y retournera !

Temps passé: 13 petits jours
Kilomètres parcourus: 1590 km

Les plus

  • Changement de décor très agréable après la Bolivie. 
  • Des saveurs nouvelles dans l'assiette.
  • Routes en bon état.
  • Population accueillante.


Les moins

  • Le niveau de vie qui remonte comme la température.
  • Même si ça se ressemble à l'écrit, le portugais est bien différent de l'espagnol à l'oral.
  • Où sont passés les marchés, les fruits et les légumes?