BOGOTA

Nous y allons pour le tourisme mais aussi pour les corvées. Heureusement notre étape précédente nous a soulagés du dentiste et du chiro. Il reste maintenant à faire : la réparation de la capucine (il serait temps !), la prise de sang de Sandra, la révision du camion….

Un coin tranquille

Nous bivouaquerons durant cinq nuits près du lycée Français, un coin très chic et très tranquille. Seul inconvénient, le centre historique est loin et il nous faudra prendre un taxi pour nous y rendre. Encore un toc toc à la porte en début de soirée, c’est Philippe que nous avons rencontré à Villa de leyva qui passe nous saluer, son immeuble est très proche, nous sommes quasiment voisin. Nous papotons quelques minutes puis il nous propose très gentiment de nous soulager de la corvée de laverie. Nous sommes un peu gênés  mais acceptons sa proposition qui est la bienvenue car dans ce quartier très chic ou se bousculent les ambassades et les boutiques de luxes les laveries n’ont pas leurs places.

Un peu de tourisme...

Pour notre première journée de tourisme, ce sera la visite à pied du centre historique. Le temps n’est pas génial et nous essuyions plusieurs averses. Par chance, nous avons des parapluies. Pour la deuxième journée, ce sera montée en funiculaires au Monserrate et descente à pied, retour en ville pour un casse croute au cochon cuisiné dans le coffre d'une voiture puis la visite du musée de l’or et de la fondation Botero. La journée se terminera avec quelques courbatures. Cela en valait la peine, le musée de l’or et l’un des plus beaux de monde, toutes les pièces du musée sont mises en valeurs de façons somptueuses et parfois même originales. Quant à la fondation Botero, elle reflète la générosité de l’artiste. Nous y verrons beaucoup de ses œuvres peintes et sculptés mais aussi d’autres artistes comme Monet, Picasso, Degat, …. Un peu de culture, ça ne fait de mal à personne. Enfin, nous pourrons admirer les emeraudes de Colombie vendues par milliers (millions?) dans toutes les boutiques de la rue 11.

Le monserrate

Le musée de l'or et la fondation Botero

Le temps des corvées...

Par chance, il y a une clinique proche de notre bivouac et Sandra peut aller faire sa prise de sang sans avoir à traverser la ville pour ça. Pour donner une idée, la circulation ressemble un peu à celle de Paris aux heures de pointe. Nous serons contents de ne presque pas utiliser le CC.
Pour la deuxième journée de corvée, nous commençons par un pneu à plat. Zut !!! Pendant la vidange, je regonfle et ça tiens mais par prudence, je préfère démonter pour réparer et pour cela je trouve une place dans la rue. Peu de temps après un type vient me voir et demande si j’ai besoin d’aide ou de quoi que ce soit. Il me dit habiter en face. Je lui demande s’il ne connait pas un atelier pour réparer la capucine et 2 coups de téléphone plus tard, j’avais presque un rendez-vous. Trop fort ! La réparation se fera le surlendemain pour presque rien. Ouf, maintenant il peut pleuvoir pendant des heures. Merci Santiago !

En fin de journée, nous prendrons le gouter chez Philippe et Amparo en même temps que nous récupérerons notre linge. Leur appartement nous a offert un beau couché de soleil sur Bogota et Charlie a pu poser à côté de Napoléon. En effet, Philippe est le Correspondant du Souvenir Napoléonien en Colombie.

Pour une fois, notre passage dans une capitale sera passé comme une lettre à la poste, tout a « glissé » à merveille grâce à la participation de certains Bogotans bien aimables. Nous pouvons repartir contents d’avoir pu visiter une partie de cette très grande ville et soulagés d’avoir fait une bonne partie de nos corvées. Direction maintenant la zone cafetière où nous attendent nature et aventure.