Baja California

On commence par prendre son temps...

Je pense que c'est une mission que doivent remplir les douaniers que de nous faire prendre conscience qu'au Mexique on prend son temps. Tout commence donc à Tecate mais nous n'y resterons que le temps de retirer quelques Pesos puis direction Ensenada. Nous sommes accompagnés de Gaëtan et sa famille et nous resterons avec eux une quinzaine de jour. Nous nous séparons à La Paz.
Le premier bivouac se fera un peu à l'arrache et nous commençons par faire ce que nous avions décidé d'éviter: conduire la nuit. Ça ne durera pas longtemps, juste le temps de négocier une petite place (deux en fait) devant une plate-forme de traitement de déchets. Glamour pour une première nuit au Mexique!!! Mais bon, c'était calme et sécurisé, parfait pour se mettre en jambe.

...puis on se detend!!

Après ce bivouac nous continuons notre descente vers le sud. Nous prenons conscience par la même occasion que la basse Californie Nord est très peu touristique et encore moins habitée. Beaucoup de choses paraissent abandonnées, les résidences semblent n'être habitées que par des fantômes. Il faut dire que la période des américains n'a pas encore commencé. Tant mieux pour nous. Par contre, les petits villages sont assez agréables, il y fait bon manger quelques tacos ou enchiladas devant une bonne bière. Parfois même devant plusieurs bières car le service n'est pas toujours très rapide mais ce n'est pas grave, le rythme mexicain commence à nous habiter. Ça donne l'occasion aux habitants de se demander ce que nous faisons ici avec des véhicules qui semblent venir d'ailleurs.
Nous passerons par une région un peu particulière: la vallée de Guadaloupe qui est une zone bordées de vignes et donc de domaines viticoles. Nous y ferons une petite halte dégustation mais restons très surpris des prix pratiqués. Comptez 25€ la bouteille.
Nous ne nous attarderons pas d'avantage car l'appel de la mer reste très fort. Alors direction la côté est et la mer de Cortès.

Les bivouacs.

Aux USA, nous étions habitués à ne pas trouver de bivouacs "libres" facilement (heureusement il y avait Walmart). En dehors des campings, tous les parking ou autres emplacements sont interdit la nuit. Mais ici, au Mexique, tout est plus facile. Pas d'interdiction particulière, le stationnement d'un camping-car surprend mais ne dérange (presque) jamais. Nous prenons toujours des informations auprès des locaux pour la sécurité mais très vite nous comprenons qu'à Baja nous ne craignons rien.
Notre premier vrai bivouac plage se fera à côté de San Felipe. Nous sommes rentrés un peu au culot dans un "campo" c'est à dire un sorte de résidence implantée entre la route et la plage. L'ensemble avait l'air désert mais nous avons quand aperçu deux personnes en train de siroter un verre sur leur terrasse et leur avons demandé s'il était possible de rester ici. Ils nous ont répondu très gentiment qu'à priori c'était une résidence privée et que la sécurité nous dégagerait d'ici peu mais ils nous ont quand même indiqué une personne à aller trouver pour en être bien sûr. Leur description de la dame nous a un peu effrayé mais au final c'est une très gentille personne qui nous a reçu et autorisé à rester jusqu'à l'arrivée des résidents 4 jours plus tard.
Ces quatre jours, nous ont permis de poser les CC et de profiter de la plage. Entre baignades, pêche, repos, barbecue, nous avons quand même eu le temps de vraiment mettre le pied à l'étrier de l'espagnol.
Nous allons très vite nous apercevoir qu'à Baja, il est beaucoup plus simple de bivouaquer en ville qu'à la plage. En effet, les abords des plages sont très sauvages dont très peu accessibles. Lorsqu'ils le sont c'est souvent que c'est privé. Les rares accès faciles sont utilisés par les pêcheurs donc assez fréquentés même la nuit et pas toujours très glamours.
Heureusement, avec de l'acharnement, nous finirons par trouver une plage déserte sur la conception bay. Nous y resterons de nouveau quelques jours et profiterons de la mer pour la pêche, la baignade et les virées en PMT.
Notre bivouac coup de coeur, sur la plage lui aussi, se trouve à Los Frailes. Indiqué par Nat et Jean sur leur site, cette plage a tout pour elle: de la place, peu de monde, des pêcheurs locaux et cerise sur le gâteau, de l'eau douce grâce à un puits. C'est pour cela que nous y sommes restés cinq jours à vivre comme des Robinsons. 
Les autres bivouacs ont été faits en ville et ont été plutôt agréables, à l'exception de La Paz. En effet, dans les grandes villes, il est très difficile de trouver un quartier calme. Les rues en mauvais état rendent les voitures et les camions bruyants encore plus bruyants, les chiens passent leur temps à aboyer et les restaurants ouverts tard ont une clientèle heureuse de faire partager son enthousiasme. Si en plus, vous chercher une rue à peu près droite, ce n'est pas chose facile. En revanche, La Paz est très agréable et permet de contraster avec les virées plus sauvages. Cela permet aussi de faire des rencontres comme Karine et Cedric et leur deux filles avec qui nous avons discuté le temps d'un repas. Peut-être nous recroiserons nous plus tard?

La nature.

Elle n'est jamais très loin. Baja est très sauvage. Si vous n'êtes pas en ville, vous êtes dans le désert et si vous n'êtes pas dans le désert, vous êtes à la plage.
Nous avons observé énormément d'oiseaux, autant de cactus différents et beaucoup de poissons. Nos deux coups coeur resteront la baignade avec les requins baleine et avec les otaries. Après les coyotes de la Death Valley, nous étions aussi ravis de voir un road runner (l'oiseau dans beep beep et le coyote).
La partie de la faune dont nous nous serions allègrement passés est celle des moustiques. Le pays, et particulièrement le sud, est infesté car le cyclone passé moins d'un mois avant a laissé des zones marécageuses un peu partout favorisant la prolifération de ces salles bêtes. Vite la bombe d'Insectes Ecran. Il ne s'adirait pas d'attraper la dengue.  

Les mexicains.

Pas de surprise sur ce point, ils sont réellement gentils et accueillants. Ils ne réservent pas le même accueil aux américains. Il faut dire que du peu qu'on en a vu, ils ne parlent pas un mot d'espagnol et ont souvent l'air très méprisant à l'égard des mexicains. Mais bon, restons en dehors de ça car en tant que français, nous sommes plutôt bien appréciés. Les conversations s'improvisent donc un peu partout, dans la rue, au marché ou même au volant. C'est très agréable et cela nous permet de continuer de progresser en espagnol.

En bref.

Baja ne ressemble pas de tout au Yucatan que nous connaissions déjà. C'est un autre visage du Mexique. C'est beaucoup plus sauvage et beaucoup moins peuplé. Il n'y a peu de sites historiques et de visites à faire. En revanche, si vous aspirez à de la tranquillité et de l'authenticité, c'est ici qu'il faut venir en prenant le soin d'éviter les quelques zones touristiques (Cabos san Lucas, La Paz,...) La Paz est néanmoins une ville agréable et pleine de vie. C'est de là que nous ferons nos excursions pour l'île Espiritu Santo et la rencontre des requins baleines.
Notre aventure se continuera de l'autre côté de la mer de Cortés après 16h de traversée en bateau.

Trajet à Baja.